Skip to content

après le suicide de leur fille, des parents portent plainte contre le réseau social

après le suicide de leur fille, des parents portent plainte contre le réseau social

Les parents d’une adolescente qui s’est suicidée il y a deux ans accusent TikTok d’être en partie responsable et portent plainte contre la plate-forme. C’est la première fois en France qu’une telle démarche est entamée.

Crédits : 123RF

À l’été 2021, Marie, adolescente de 15 ans habitant à Cassis dans les Bouches-du-Rhône, publie une vidéo sur le réseau social TikTok. Elle y raconte en avoir assez d’être sans cesse moquée pour son poids et à quel point elle se sent mal. Comme trop de jeunes malheureusement, Marie est victime de harcèlement scolaire. Quelques semaines plus tard, le 16 septembre 2021, les parents de l’adolescente la retrouve morte dans sa chambre. Elle s’est pendue.

Deux ans plus tard, le 8 septembre dernier, le père et la mère de la jeune fille déposent une plainte contre TikTok. Ils accusent le réseau social de “provocation au suicide”, “non-assistance à personne en péril” et “propagande ou publicité des moyens de se donner la mort”. Ils notent que juste après avoir publié sa vidéo en 2021, Marie a vu arriver sur son profil plusieurs vidéos sur le même thème, ce qui l’aurait conduit à se sentir encore plus mal.

Des parents accusent TikTok d’être responsable du suicide de leur fille et portent plainte

Laure Boutron-Marmion, avocate des parents de Marie, explique que “TikTok a évidemment sa part de responsabilité dans le passage à l’acte. Les plateformes, les réseaux sociaux, jouent un rôle face à un adolescent qui est déjà en extrême fragilité psychologique du fait du harcèlement qu’il subit”. Elle dénonce notamment “un algorithme extrêmement puissant” qui manque visiblement de discernement. Au moment de publier cet article, TikTok ne s’est pas exprimé sur la plainte à son encontre.

Lire aussi – TikTok : les enfants ont accès à du contenu anorexique et suicidaire en quelques minutes seulement

Une famille a vécu un drame similaire au Royaume-Uni. Après le suicide de Molly, 14 ans, en 2017, une décision de justice a mis en cause l’an dernier les algorithmes des réseaux sociaux. Ils ont été reconnus en partie responsables dans le passage à l’acte de la victime. Cette dernière avait par exemple reçu un mail de la part de Pinterest lui recommandant de lire “Dix posts sur la dépression que tu pourrais aimer”. Rappelons que de son côté, TikTok a mis en place un numéro vert pour lutter contre le suicide.

Source : France Info

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *